AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Eglise Futuriste
Jeu 6 Juin - 12:00 par almagor

» Avis de transfert du forum de l'AFT:Technoprog!
Ven 31 Mai - 19:24 par MarcAdmin

» Transfert du forum Technoprog! - nouvelle étape
Ven 31 Mai - 19:20 par MarcAdmin

» Coren
Jeu 23 Mai - 12:56 par Coren

» Bonjour, bonjour
Mer 22 Mai - 17:56 par Spartan

» Rencontre H+ irl Paris 22 mai 2013
Mer 15 Mai - 8:26 par MarcAdmin

» Stimulation Transcranienne électrique
Ven 10 Mai - 0:55 par Spartan

» Textes de Brainstorm
Mar 7 Mai - 4:09 par Brainstorm

» Quel est le 1er transhumain ?
Ven 3 Mai - 22:17 par p.pit

Adhésions
Adhérer à l'association Technoprog!

Partagez | 
 

 "Human enhancement", Compte rendu du Colloque tenu à Bruxelles (24/02/09)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marc



Messages : 1260
Date d'inscription : 05/10/2008
Localisation : Athènes

MessageSujet: "Human enhancement", Compte rendu du Colloque tenu à Bruxelles (24/02/09)   Sam 7 Mar - 11:49

Je suis donc rentré du colloque organisé à Bruxelles le 24 février 09 par l'Institut Rathenau, mandaté par l'UE, sur le thème du "human enhancement" (je ne trouve pas encore d'expression française arrêtée et satisfaisant pour traduire ces termes. "humain augmenté" renvoi au résultat et non au processus. "amélioration humaine" laisse peser le doute sur la dimension morale du "meilleur". Je dirai peut-être "développement humain", qui reste aussi vague et "politiquement correct" que cette expression adoptée par les anglo-saxons.)

A part mes premiers pas à Bruxelles et dans les bâtiments des institutions européennes, que retiens-je de ce bref séjour ?

J'y ai vérifié ce que les documents de travail reçus m'avaient appris, à savoir que les problématiques portées par le Transhumanisme sont arrivées depuis peu aux oreilles des responsables placés au sommet de la hiérarchie politique. Ceux d'entre eux qui ont été saisis de ces questions semblent les considérer avec le plus grand sérieux (encore heureux).

Le mot "Transhumanisme", en interne, ne pose aucun problème dans la bouche, et dans les écrits de tous les intervenants que j'ai pu entendre.

Sur une cinquantaine de personnes participantes, depuis les députés du parlement européens jusqu'aux simples citoyens, en passant par les philosophes, sociologues, écrivains, universitaires de tous poils, membres de comités d'éthiques ou représentants d'associations transhumanistes européennes, tous étaient unanimes pour rejeter d'amblée les deux positions extrêmes que représentent d'une part l'idée d'un laisser aller sans contrôle sur le développement des technologies NBIC et d'autre part celle d'une prohibition pure et simple de ces mêmes technologies.

Je constate également que la très large majorité des intervenants se prononcent pour une régulation du "développement humain" qui soit inspirées par les valeurs et les traditions européennes, notamment le respect de la dignité de la personne, des libertés individuelles, mais aussi les valeurs de solidarités qui sont plus propres au modèle de l'UE.

Bien que le document de travail comporta quelques rares allusions à l'idée d'une société européenne de la connaissance et de la recherche qui soit "compétitive", en référence évidente à de nombreux articles du Traité de Lisbonne, les termes clés du langage de la commission européenne, ceux du néolibéralisme triomphant, ont été étrangement absents. Au contraire, de nombreux intervenants ont souligné les dangers liés à la marchandisation des techniques NBIC. A croire que le néolibéralisme ne serait plus en vogue (je pense à Lampedusa : "Tout changer, pour que rien ne change" …).

* * *
Une des questions centrale était de savoir en fonction de quoi serait-il possible de déterminer des critères permettant d'accepter ou de refuser, de légaliser ou d'interdire telle ou telle technologie de "développement humain" dans nos sociétés.
Trois orientations étaient envisagées :

- La première proposait une approche "raisonnablement favorable" des nouvelles technologies. Elle réfutait les arguments qui prétendent pouvoir se servir du point de vue thérapeutique pour déterminer si une technique est acceptable ou non (seraient acceptables seulement les pratiques permettant de soigner, ou de pallier à un handicap …). Elle favoriserait la R&D sur les technologies de "développement humain" tout en respectant les principes éthiques de l'UE. […](1)

- La deuxième envisage une approche "raisonnablement restrictive" de ces techniques. Elle met en avant le principe de précaution, la défense des libertés et de la dignité humaine. […](1)

- La troisième approche est celle du cas par cas. […](1)

De la discussion ouverte de l'après-midi, je retiens que le sujet est considéré par nos interlocuteurs (les politiques) comme très ouvert.
Ils se disent à la recherche d'une "trame" (a framework), une plate-forme à partir de laquelle commencer à organiser les débats et leur propre réflexion.
Il disent souhaiter mettre en place des outils de consultations capables de faire réellement le lien avec la société publique. […](1)

* * *
Pour conclure, il ressort assez clairement de ces échanges que l'action politique ne peut être que balbutiante face à des interrogations nouvelles, elles mêmes provoquées par des avancées technologiques sans cesse plus nombreuses et peut-être plus rapides.

Cela confirme pour moi que la réflexion aura intérêt à venir des milieux les plus divers. Compte tenu des enjeux de fond – qu'allons-nous bien pouvoir faire de l'espèce humaine ?, il me paraît essentiel que les parties prenantes au débat représentent le plus large spectre de la société et non pas seulement la communauté scientifique, les milieux économiques ou le pouvoir politique.
J'ai eu le plaisir d'entendre répondre, à la remarque d'un universitaire avançant que les questions des technologies NBIC exigeaient un niveau d'expertise difficilement transmissible à tous, que, au contraire, ces questions exigeaient à la fois l' information du plus large public et la plus large consultation.
Cela dit, entre les bonnes intentions de quelques élus motivés par le sujet et la pratique réelle du pouvoir, il se pourrait qu'il y ait comme un écart …

Il resterait donc à se demander comment lutter pour, une fois de plus, assurer des choix les plus démocratiques possibles.


(1)NB : pour une version intégrale de ce conmpte rendu, avec renvois au document de travail du colloque, voir le Blog :
http://technoprog-fr.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gattaca



Messages : 90
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Re: "Human enhancement", Compte rendu du Colloque tenu à Bruxelles (24/02/09)   Dim 8 Mar - 1:44

Le problème de la politique aujourd'hui c'est qu'elle n'a pas son mot à dire face à la science médicale et biotechnologique.
La politique a trop longtemps été un barrage au progrès depuis la nuit des temps, rappelez vous nombres de découvertes freinés par les pouvoirs politico-religieux... Mad

Il est temps je dirais de consulter ceux qui sont au premier rang, biotechniciens, généticiens, médecins, psychologues, la politique ne sait rien de la science et de ses conséquences cela ne les concernes pas ou plus elle n'a aucune compétence dans ces domaines et leurs conflits d'intérêts risquent fort bien de ralentir le progrès en marche, le problème des cellules souches est un fait marquant de l'ambiance politique, les cellules souches pas touches par contre le marché des armes lui n'est pas régulé pour autant, quid de l'éthique ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc



Messages : 1260
Date d'inscription : 05/10/2008
Localisation : Athènes

MessageSujet: Re: "Human enhancement", Compte rendu du Colloque tenu à Bruxelles (24/02/09)   Dim 8 Mar - 13:35

Gattaca a écrit:
Le problème de la politique aujourd'hui c'est qu'elle n'a pas son mot à dire face à la science médicale et biotechnologique.
La politique a trop longtemps été un barrage au progrès depuis la nuit des temps, rappelez vous nombres de découvertes freinés par les pouvoirs politico-religieux... Mad

Il est temps je dirais de consulter ceux qui sont au premier rang, biotechniciens, généticiens, médecins, psychologues, la politique ne sait rien de la science et de ses conséquences cela ne les concernes pas ou plus elle n'a aucune compétence dans ces domaines et leurs conflits d'intérêts risquent fort bien de ralentir le progrès en marche, le problème des cellules souches est un fait marquant de l'ambiance politique, les cellules souches pas touches par contre le marché des armes lui n'est pas régulé pour autant, quid de l'éthique ?
Cher Gattaca,

J'ai peu de temps pour répondre, mais je dois dire que ta réaction me paraît exagérée.

1) Le pouvoir politique, de fait, dit son mot. On peut trouver cela désolant, mais c'est un fait objectif. Il ne sert à rien de se lamenter. Il faut faire avec.

2) Le politique est souvent un frein. Parfois pour le pire, parfois pour le moins pire. Le technoprogressisme admet la nécessité d'une régulation.
"Politique" signifie d'abord régulation des affaires de la cité.

3) Il est certain qu'un bon nombre de nos représentants politiques n'ont que peu d'idées des données scientifiques et qu'ils représentent autre chose que l'intérêt général. Néanmoins, les scientifiques sont consultés. Ils constituent même un lobby d'un certain poids.

Ex. L'administration Obama s'apprète à faciliter les recherches sur les cellules souches, qu'avait bloquée l'administration Bush. L'une comme l'autre sont des décisions politiques. Qu'est-ce qui, et qui, motive la décision de Obama ?

A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gattaca



Messages : 90
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Re: "Human enhancement", Compte rendu du Colloque tenu à Bruxelles (24/02/09)   Lun 9 Mar - 1:47

Heureusement comme tu le soulignes, les lobby scientifiques font pression sinon nous serions encore sur une Terre plate et le Soleil tourne autour lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: "Human enhancement", Compte rendu du Colloque tenu à Bruxelles (24/02/09)   Lun 9 Mar - 17:38

Bah, disons que le principal avantage de la démocratie est aussi son principal inconvénient : les citoyens ont la classe politique qu'ils méritent. Je pense d'ailleurs que c'est un point sur lequel un futur lobby H+ devrait insister : vu l'importance des problématiques scientifiques, la sanction électorale à l'égard des politiciens qui les négligent devrait être impitoyable.

En bref, j'ai tendance à penser que le meilleur moyen de s'assurer que les choix politiques soient les plus démocratiques possibles, c'est de faire du lobbying, non pas auprès de la classe politique, mais auprès des électeurs, la pression du vote faisant le reste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Human enhancement", Compte rendu du Colloque tenu à Bruxelles (24/02/09)   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Human enhancement", Compte rendu du Colloque tenu à Bruxelles (24/02/09)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» compte rendu d''évaluation
» Compte Rendu Commission paritaire du 10 Mars 2015
» Les conseillers du salarié
» rapport d'autopsie
» Rapport journalier détaillé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Transhumanismes :: Actualités :: Conférences et rencontres-
Sauter vers: