AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Eglise Futuriste
Jeu 6 Juin - 12:00 par almagor

» Avis de transfert du forum de l'AFT:Technoprog!
Ven 31 Mai - 19:24 par MarcAdmin

» Transfert du forum Technoprog! - nouvelle étape
Ven 31 Mai - 19:20 par MarcAdmin

» Coren
Jeu 23 Mai - 12:56 par Coren

» Bonjour, bonjour
Mer 22 Mai - 17:56 par Spartan

» Rencontre H+ irl Paris 22 mai 2013
Mer 15 Mai - 8:26 par MarcAdmin

» Stimulation Transcranienne électrique
Ven 10 Mai - 0:55 par Spartan

» Textes de Brainstorm
Mar 7 Mai - 4:09 par Brainstorm

» Quel est le 1er transhumain ?
Ven 3 Mai - 22:17 par p.pit

Adhésions
Adhérer à l'association Technoprog!

Partagez | 
 

 Principe de précaution ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Marc



Messages : 1260
Date d'inscription : 05/10/2008
Localisation : Athènes

MessageSujet: Principe de précaution ?   Mar 25 Nov - 16:10

Des relations du H+ avec les questions d’environnement :

Le Trans-humanisme s’intéresse donc aux technologies qui permettraient une amélioration de l’humain. Fort bien. J’adhère. Je me sens une fibre H+, même deux.
Néanmoins, quelque chose me tracasse. Je pourrais peut-être formuler ce quelque chose sous la forme de la question : Comment se fait-il que depuis les deux mois (ça fait pas encore beaucoup me direz-vous.) que j’écume presque quotidiennement (j’ai du temps à perdre en ce moment) la toile ou les librairies à la recherche de sujets H+, j’ai l’impression qu’il existe une dissociation de fait entre la réflexion sur les sciences et les technologies H+ d’une part et celle sur les effets, positifs ou négatifs, que ces mêmes sciences et technologies (NBIC) peuvent avoir sur l’environnement humain ?
Ils me semble que les Transhumanistes ne peuvent raisonnablement pas considérer que le développement harmonieux de l’un soit possible sans celui de l’autre. Vouloir améliorer l’humain, c’est forcément vouloir améliorer parallèlement son cadre de vie. Or les technologies NBIC ont beaucoup à dire (en bien et en mal) au sujet de la transformation de notre environnement.

Dans le domaine de la production agricole alimentaire par exemple, les Transhumanistes que nous sommes ne doivent-ils pas s’offrir un petit débat sur la question des OGM ? Du genre, comment permettre la recherche et la production d’aliments OGM contribuant non seulement à réduire la faim dans le monde, mais aussi à participer à l’amélioration de l’humain tout en préservant les équilibre écologiques ?
Idem à propos de l’utilisation des nano matériaux et des nano-robots. Le H+ nourrit beaucoup d’espoir quand aux possibilités d’intervenir ainsi, pour réparer ou améliorer, au niveau de la cellule, voire de la molécule humaine, Mais qu’en est-il des conséquences environnementales ? Je lis que les premières utilisations industrielles se font par exemple dans la cosmétique ou dans la fabrication de certains objets pour enfants …
Les ondes électromagnétiques sont accusés par certains, issus de l’opinion publique ou des milieux scientifiques, peut-être de plus en plus nombreux, de nombreux maux. Depuis un siècle environ elles sont à la base des progrès extraordinaires de nos télécommunications et de bien d’autres techniques. Le H+ compte assurément sur leur utilisation pour améliorer encore la mise en réseau des systèmes informatiques et des humains eux-mêmes. Cette connexion est à la base de l’augmentation exponentielle des possibilités d’accès à la mémoire et à l’intelligence collective de l’humanité. Pour autant, à mon avis, le H+ ne peut pas ignorer les messages d’alertes envoyés par ceux qui dénoncent leur dangerosité possible : facteur déclencheur de cancers, de troubles de l’ouïe, elles sont parfois rendues responsables de la surmortalité des abeilles …

Bio-luddisme ? Craintes irrationnelles liées à la peur provoquée par l’emballement des découvertes et des applications des nouvelles technologies (ainsi que par l’amplification/déformation que font les média de chaque étude catastrophiste) ?
Sans doute pour bon nombre des critiques ne reposent pas sur des arguments sérieux. Tout au moins, dans bon nombre de domaines, les études jusqu’ici publiées ne sont pas suffisantes pour porter un jugement rédhibitoire.

Mais c’est de position de principe dont je veux vous parler.
Je pense que le mouvement H+, et donc, à long terme la Conscience humaine, à tout à perdre à refuser de prendre en compte ou à minimiser ces peurs et ces alertes.
Au contraire, je me dis que le H+ devrait être tout autant à l’avant garde de ceux qui dénoncent systématiquement les dérives, réelles ou supposées, des applications technologiques, qu’à celle des adorateurs du Moloch scientiste ((bon, j’exagère un peu là, mais c’est pour la littérature drunken )). Dis autrement, j’avancerai que le H+ sera d’autant mieux compris et accepté qu’il donnera des gages de responsabilité. Il ne pourra convaincre des bienfaits de sa vision d’une « amélioration » de l’humain qu’en étant intraitable sur les risques provoqués par les technologies mises en jeu.

NB : je proposerais bien d’ouvrir sur le forum une thématique sur les dangers induits par les technologies H+ (dans la partie "où en sommes-nous exactement?" par exemple).

Je souhaiterais enfin que nous ayons une, ou plusieurs, discussions sur le désormais célèbre « principe de précaution ». Les H+ libéraux semblent avoir tendance à le vouer aux gémonies. Il serait une entrave mortifère au progrès scientifique. Quel est le point de vue des H+ technoprogs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cmuller



Messages : 22
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Mar 2 Déc - 9:34

Bonjour Marc et désolé, je suis un peu surmené en ce moment.

Le fond de ta question est : les activités humaines, singulièrement techno-industrielles, présentent-elles des risques pour l'environnement et ces risques doivent-il être pris en compte ?

Ma réponse est : oui et oui. Il n'y a aucune rationalité à nier les (éventuels) effets pervers d'un progrès. Ce qui est rationnel, c'est d'évaluer ces risques, d'en informer les individus et de construire des débats politiques sur cette base factuelle.

Ensuite, il faudrait aller plus loin sur au moins deux points :
- est-il toujours possible d'évaluer les risques (ou cela relève-t-il de phénomènes stochastiques / chaotiques imprédictibles) ?
- une fois un risque identifié, et un calcul coût-bénéfice proposé, que fait-on en cas de désaccord entre les individus sur ce calcul coût bénéfice ? C'est-à-dire, les minorités sont-elles condamnées à subir les majorités (que ces dernières soient progressistes ou obscurantistes dans leurs choix) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mutageneses.com
Marc



Messages : 1260
Date d'inscription : 05/10/2008
Localisation : Athènes

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Sam 6 Déc - 21:34

Charles,
Hmmm, ma question n’était pas de savoir si les activités humaines présentent des risques pour l’environnement et s’il faut en tenir compte, car pour le coup, celle-là, s’eut vraiment été une question rhétorique. Je le disais clairement, je ne crois pas qu’on puisse améliorer l’humain sans préserver, si ce n’est améliorer son environnement.
Donc, ma question était double :
- Que direz les participants et les organisateurs de ce forum d’ouvrir « une thématique sur les dangers induits par les technologies H+ » ?
- Quid du « principe de précaution » ?

En ce sens, tes deux dernières questions m’intéressent :

Citation :
- est-il toujours possible d'évaluer les risques (ou cela relève-t-il de phénomènes stochastiques / chaotiques imprédictibles) ?

Il me semble qu’on peut toujours ESSAYER d’évaluer les risques. Dans un univers aux dimensions infinies, la conscience (humaine ou autre) ne pourra probablement jamais atteindre une maîtrise telle qu’elle puisse tenir compte de tous les facteurs du déterminisme matériel. Les processus chaotiques, imprédictibles simplement parce que leur complexité nous dépasse, demeureront. Néanmoins, comme le fait le vivant depuis bien longtemps, nous continuerons à chercher à minimiser les risques.
Je reviens sur ton expression « évaluer les risques ». « Évaluer » consiste à attribuer une valeur, à porter un « jugement » de valeur. Cela me semble toujours possible, même sans posséder la moindre information concrète sur le phénomène à évaluer d’ailleurs. Et c’est bien là le problème. Qui doit évaluer les risques ? Qui doit prendre les décisions politiques relatives à l’évaluation des risques ? Le citoyen lambda, le scientifique, les élus politiques ? Ce qui renvoie à ta deuxième question :

Citation :
- une fois un risque identifié, et un calcul coût-bénéfice proposé, que fait-on en cas de désaccord entre les individus sur ce calcul coût bénéfice ? C'est-à-dire, les minorités sont-elles condamnées à subir les majorités (que ces dernières soient progressistes ou obscurantistes dans leurs choix) ?

En effet, dans un régime démocratique réel (peut-être pas celui de nos démocraties occidentales …), le moins mauvais des régimes à mon avis aussi, les décisions fondamentales se prennent à la majorité : un individu conscient = une voix.
Mais dans un régime démocratique réel, les droits des minorités et des oppositions sont strictement défendus. Ils sont mêmes particulièrement protégés tant les tenants du pouvoir à un moment donné savent qu’ils seront eux-mêmes un jour dans l’opposition, tant ils savent que les solutions de demain se trouvent peut-être dans la pensée de leurs adversaires d’un jour. Les minorités conservent donc leur droit d’expression, de manifestation, de lobbying etc. Elles ont même le droit à de justes procès après qu’elles aient joué d’un peu trop près avec la législation imposée par la majorité.
Je pense à l’exemple des « Faucheurs volontaires » d’OGM qui, après avoir payé, de la prison pour certains des plus célèbres, viennent de remporter ce qu’ils considèrent comme une victoire, en faisant interdire les essais en plein champs, y compris ceux effectués depuis 2006 (si ma mémoire est bonne) …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cmuller



Messages : 22
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Dim 7 Déc - 3:39

"ma question n’était pas de savoir si les activités humaines présentent des risques pour l’environnement et s’il faut en tenir compte, car pour le coup, celle-là, s’eut vraiment été une question rhétorique. "

Oui et non. Cette toute première question est déjà discutable rationnellement. Car il est évident que la Terre, ou la biosphère, n'a aucun souci à se faire de l'humain : à son échelle de temps (biologique, géologique), la pire action humaine serait une étape presque banale, toutes nos bombes nucléaires ou un réchauffement de 7 K en un siècle atteindrait difficilement les épisodes précédents d'extinction massive.

Donc, quand on parle de "risque", même majeur, on est déjà dans une version anthropomorphe de ce concept : on parle de l'environnement humain, pas du reste. Or, c'est une question à part entière de savoir si l'environnement non-humain a une valeur, surtout pour les H+ (pour qui on peut "brûler Rome pour un poème", c'est-à-dire que le "+" justifie que l'on ne s'encombre pas de formes inférieures de vie dans l'évaluation des perspectives H).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mutageneses.com
Marc



Messages : 1260
Date d'inscription : 05/10/2008
Localisation : Athènes

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Mar 9 Déc - 17:47

cmuller a écrit:
"Marc disait : ma question n’était pas de savoir si les activités humaines présentent des risques pour l’environnement et s’il faut en tenir compte, car pour le coup, celle-là, s’eut vraiment été une question rhétorique. "

"cmuller"
Oui et non. Cette toute première question est déjà discutable rationnellement. Car il est évident que la Terre, ou la biosphère, n'a aucun souci à se faire de l'humain : à son échelle de temps (biologique, géologique), la pire action humaine serait une étape presque banale, toutes nos bombes nucléaires ou un réchauffement de 7 K en un siècle atteindrait difficilement les épisodes précédents d'extinction massive.

Donc, quand on parle de "risque", même majeur, on est déjà dans une version anthropomorphe de ce concept : on parle de l'environnement humain, pas du reste. Or, c'est une question à part entière de savoir si l'environnement non-humain a une valeur, surtout pour les H+ (pour qui on peut "brûler Rome pour un poème", c'est-à-dire que le "+" justifie que l'on ne s'encombre pas de formes inférieures de vie dans l'évaluation des perspectives H).

Certes, la question n’est pas rhétorique dans la mesure seulement où l’on tient compte de ce présupposé non dit : ce qui m’intéressait dans ce post c’était l’avenir de la Conscience, donc, pour l’instant, surtout celui de l’être humain et donc, en matière d’environnement, celui de l’ « environnement humain ». D’ailleurs, dans ta première réponse, tu disais « oui. Il n'y a aucune rationalité à nier les (éventuels) effets pervers d'un progrès. », donnant à penser que tu envisageais bien le même présupposé que moi.

Néanmoins, je veux bien me pencher sur la question : qu’elle valeur accorder à un « environnement non humain ?». Mais il me semble qu’il faut alors accepter de s’engager sur des voies hautement spéculatives. Pour qui un « environnement non humain » aurait-il une valeur ? Une conscience planétaire de type « Gaïa » ? D’autres consciences d’origine extra-terrestre ? Une conscience transcendante de nature divine ?
Ou bien envisage-t-on déjà le Post-humain ? Mais ne serais-ce pas alors oublier qu’avant la venue hypothétique du quidam, l’humain tout bête aura encore besoin au moins un certain temps d’un environnement viable ?

Par ailleurs, je ne souscris pas (voire pas du tout) à l’idée que la perspective transhumaniste justifierait « que l’on ne s’encombre pas de formes de vie inférieures » (cette parenthèse n’avait-elle pas un petit côté provocateur ?). Non à cause des relents que pourraient y voir certains, mais parce que je considère de l’intérêt existentiel de tout porteur de conscience de protéger la diversité des formes de conscience et de vie en général.

Cela dit, Charles, j’aurais bien aimé, si tu en trouves le temps, que tu me donnes ton point de vue (que j’apprécie grandement) sur les deux questions qui faisaient l’objet de ce fil:

- thématique du forum sur les dangers induits par les technologies H+ ?
- principe de précaution ? (les deux questions finales de ton précédent post allaient dans ce sens …)

Sympathies H+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Ven 9 Jan - 21:48

-Telle que je la conçois, la valeur de l'environnement non-humain peut se résumer en trois mots : "sortie de secours". Une sortie de secours évolutionniste, dans le sens où, en cas d'échec total de notre civilisation (extinction), il resterait des formes de vies capables d'évoluer, et peut-être, à terme, de produire une autre conscience. Mais aussi une sortie de secours socio-politique, pour d'éventuelles minorités persécutées : pour prendre le maquis, encore faut-il qu'il y ait un maquis, un espace vierge.. Sans compter l'utilité d'un référent externe, pour avoir une idée plus claire de ce qu'est la civilisation, l'espèce humaine (ou H+), etc., en comparant avec un "ailleurs".

-Je crois que s'exprimer sur ce qui nous semble dangereux dans certaines techonologies nous éviterait de passer pour des optimistes béats et irresponsables, et donc, personnellement, je n'aurais rien contre un thème supplémentaire à ce forum.

-Enfin, je fait une nette distinction entre le "principe de précaution" et la prudence. Le premier me semble à la limite de la paranoïa, puisqu'il s'agit trop souvent de ne retenir, entre plusieurs éventualités, que la plus catastrophique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane



Messages : 53
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Lun 19 Jan - 13:51

Marc a écrit:
c’est de position de principe dont je veux vous parler.
Je pense que le mouvement H+, et donc, à long terme la Conscience humaine, à tout à perdre à refuser de prendre en compte ou à minimiser ces peurs et ces alertes.
Au contraire, je me dis que le H+ devrait être tout autant à l’avant garde de ceux qui dénoncent systématiquement les dérives, réelles ou supposées, des applications technologiques, qu’à celle des adorateurs du Moloch scientiste ((bon, j’exagère un peu là, mais c’est pour la littérature). Dis autrement, j’avancerai que le H+ sera d’autant mieux compris et accepté qu’il donnera des gages de responsabilité. Il ne pourra convaincre des bienfaits de sa vision d’une « amélioration » de l’humain qu’en étant intraitable sur les risques provoqués par les technologies mises en jeu.

NB : je proposerais bien d’ouvrir sur le forum une thématique sur les dangers induits par les technologies H+ (dans la partie "où en sommes-nous exactement?" par exemple).

Je souhaiterais enfin que nous ayons une, ou plusieurs, discussions sur le désormais célèbre « principe de précaution ». Les H+ libéraux semblent avoir tendance à le vouer aux gémonies. Il serait une entrave mortifère au progrès scientifique. Quel est le point de vue des H+ technoprogs ?

Le choix, lors de la mise en route du groupe, de l'orientation "technoprog" est liée à ta première observation. Nous avons voulu privilégier une approche rationnelle et responsable; tant dans les technologies et avancées "prévisibles", que dans la façon de les présenter (prévisibles et possibles, pas certaines, longévité radicale et pas immortalité, pas de date précise...), mais cela se traduit aussi, logiquement, par une conscience des risques. Le but est d'en tirer des bénéfices pas de pourrir notre environnement ou notre corps.
De plus, nous ne sommes plus en 1900 ou la science était indiscutable dans ses résultats. Les "experts" ne sont pas d'accord entre eux et les avancées scientifiques ont donné naissance à des technologies qui ont déjà causés des problèmes. C'est donc obligatoire de prendre en compte les risques.
Cependant, concernant les risques sur l'environnement humain et sur l'espèce humaine, il faut clairement exiger que ces derniers soient évalués au niveau de leurs effets physiques. Pas moraux.
Ces risques doivent donc être évalués par DES comités d'expert MAIS avec une transparence maximale afin que tout le monde puisse être informé et se faire une opinion.

Concernant le principe de précaution, il peut conduire à tout ou rien. Sa définition est suffisamment large pour permettre une politique inconsciente (aka on étudie pas les risques) ou bien une politique bioluddite. Le problème c'est son application en France et le manque de courage politique. Par exemple pour les OGM, il y a eut plusieurs commissions (Européenne, Française, USA, d'autres pays) qui ont étudiées les différents OGM afin de détecter les risques; quand les commissions détectaient des problèmes alors les OGM étaient interdits, dans le cas contraire ils étaient autorisés. Mais pour des raisons idéologiques des "faucheurs volontaires" sont passés au dessus de la loi. Le politique, prenant acte que la population est inquiète, n'a pas cherché à voir plus loin que le bout de son nez et à fait le minimum, ce qui revient à valider ce type de comportement.
Résultat, plus aucune parcelle d'OGM en france. Résultats, des OGM dans le monde, des progrès dans ce domaine, qui finiront par arriver en France; mais pas de recherche française. Et un précédent dangereux qui consiste à aller pourrir la gueule aux recherches que l'on apprécie pas car c'est "civique". Fort heureusement, les autres pays de l'UE ne sont pas dans ce cas.

Pour sortir du cadre OGM, le principe de précaution a, en France, une tendance à être invoqué dans un sens ultra restrictif "on ne sait pas donc on interdit".
Donc pour un principe de précaution responsable qui impose des examens pré application aux technologies sur des bases concrètes. Contre un principe de précaution qui n'est que l'outil de la politique de peur des bioluddites et des conservateurs de tout poil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Lun 19 Jan - 15:19

Citation :
Donc pour un principe de précaution responsable qui impose des examens pré application aux technologies sur des bases concrètes. Contre un principe de précaution qui n'est que l'outil de la politique de peur des bioluddites et des conservateurs de tout poil.

Je crois que c'est ce qu'on appelle de la prudence Wink d'ailleurs, à mon avis, le fait d'avoir créé une nouvelle expres​sion("principe de précaution") alors qu'il existe déjà un mot pour désigner une attitude rationnelle face au risque est révélateur, d'une certaine façon.

Je pense également qu'il faudrait insister sur le problème que pose l'action des faucheurs d'OGM. Heureusement que personne n'a été faucher de parcelles bios en représailles, je vous laisse imaginer le tableau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane



Messages : 53
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Lun 19 Jan - 15:45

Krôgg a écrit:
Citation :
Donc pour un principe de précaution responsable qui impose des examens pré application aux technologies sur des bases concrètes. Contre un principe de précaution qui n'est que l'outil de la politique de peur des bioluddites et des conservateurs de tout poil.

Je crois que c'est ce qu'on appelle de la prudence Wink d'ailleurs, à mon avis, le fait d'avoir créé une nouvelle expres​sion("principe de précaution") alors qu'il existe déjà un mot pour désigner une attitude rationnelle face au risque est révélateur, d'une certaine façon.

Je pense également qu'il faudrait insister sur le problème que pose l'action des faucheurs d'OGM. Heureusement que personne n'a été faucher de parcelles bios en représailles, je vous laisse imaginer le tableau...


C'est pas uniquement une nouvelle expression. C'est un principe juridique, auparavant inscrit dans la loi, maintenant dans la constitution. Donc il est plus fort que les lois et celles-ci doivent le respecter sous peine d'être retoquées par le conseil constitutionnel.

De plus, c'est un principe qui existe dans les traités internationaux depuis 72 (stockholm). Surtout pour les domaines de la santé et de l'environnement. Son émergence est logique pas sa forme française actuelle.
Un petit lien wiki: http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_precaution
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MarcAdmin
Admin


Messages : 127
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Mer 28 Jan - 15:01

On en revient toujours à la même question...

Une approche systémique.

Est ce que je suis pour ou contre le transhumanisme ?

Ni pour, ni contre, bien au contraire ^^

Je ne suis pas là (en tant que psy) pour dire si c'est bien ou mal. Ça arrive, et il faut accompagner le changement.

Il est temps de prendre du recul, beaucoup de recul, et pas garder la tête dans le guidon, en théorisant sur des concepts éphémères ou voués à des mutations telles, qu'il nous est impossible de les envisager sans justement, une approche systémique.

Je vois bien des pavés et des pavés être pondus ça et là sur des questions précises.

Pour moi, on s'enterre.

Le futur arrivera toujours plus vite que nos cerveau ne pourront l'anticiper en développant nos pensées actuelles


Dégageons nous.

Force oblige.


A l'éternelle question : "qu'est ce que l'homme ?"

J'ai envie de répondre : on s'en fout !!!!!!!!!!!!!
(De manière moderne, on s'en nuts, ou OSEF)


Peut être que pour certains d'entre vous, non, on ne s'en fout pas, et bien, bon courage.

Je le dis, et le répète, pour moi, l'homme n'est "qu'adaptation"


Pour moi le transhumanisme, ce n'est pas le passage long et douloureux, telle une naissance, d'un état à un autre.

C'est un flux, long et continu, nous ne sommes encore que des singes, avec nos raisonnements de singes, comme les primates devant le monolithe dans 2001, Odysée de l'espace.

Approche systémique...

Qui en est capable ?

Qui peut se dégager du présent ?

Qui peut dégager tous ses points de pensées du présent ?


Arrêtons de nous cantonner à de la philosophie actuelle, projetée dans le futur.

Perso, je n'adhère pas, c'est has been avant d'avoir été, c'est concevoir le futur avec des chaines / boulets aux chevilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.transhumanistes.com
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Jeu 29 Jan - 16:21

Si j'ai bien compris, on peut résumer ça, en fin de compte, à une opposition entre évolution et stagnation.

Actuellement, les partisans de l'évolution se regroupent sous la dénomination de transhumanistes (en tout cas, dans les domaines liés aux biotechs), mais, appliqué à d'autres époques ou d'autres domaines, d'autres dénominateurs sont employés, et il faudrait donc aller à l'essentiel (le parti pris de l'évolution) au lieu de se focaliser sur l'accessoire.

J'ai bien compris ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MarcAdmin
Admin


Messages : 127
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Jeu 29 Jan - 23:48

Désolé si j'ai été un peu direct, cru et coloré, méa culpa ^^

Dans un sens, tout est accessoire, que ce soit une bio / technologie, ou une vue philosophique, un courant de pensé, l'état actuel de la science, etc...

Ce serait comme apprendre à faire du vélo en détaillant chaque pièce, or, le meilleur moyen d'apprendre à faire du vélo, c'est de se lancer, quit à se ramasser quelques fois, ce que je veux dire par là, c'est qu'il faut "saisir le mouvement", plutôt que d'en analyser les composants.

Mon approche est différente sans doute des autres, puisque je ne suis ni spécialisé en technologies, ni en biologie, ni en philosophie.

Ce qui me fascine / m'effraie, ce sont les comportements humains, et les modifications de conceptions du monde qui les accompagnent.

La différence qu'il y a entre ce que j'ai appelé les "pavés théoriques" (et je m'excuse encore pour le ton vindicatif) et ma vision des choses, c'est la différence que je constate entre les textes votés au parlement et le quotidien des travailleurs sociaux.


Ce ne sont pas en soit les évolutions technologiques qui auront un impact sur l'homme, selon moi, mais les désirs de l'homme de développer de nouvelles technologies.

C'est la même chose qu'en ergonomie, autrefois, un ingénieur pondait un produit, et c'était aux utilisateurs d'apprendre à s'en servir, quit à s'en arracher les cheveux.

Aujourd'hui, ce sont aux ingénieurs / ergonomes à s'adapter aux exigences des utilisateurs.


Idem en recherche, et c'est là où je veux en venir, il n'y a qu'à voir les polémiques actuelles dans les universités françaises, la recherche fondamentale voit ses crédits diminuer jour après jour, seule la recherche appliquée cartonne.

Or si la recherche appliquée cartonne, c'est parce qu'elle débouche sur ce qui se vend, on retombe quasi sur une approche marketting.


Les gens s'adaptent de moins en moins aux nouvelles découvertes de la science, c'est à la science à s'adapter de plus en plus aux exigences des gens.

Or si il y a bien un objet instable parmi tous, c'est bien la conception de la vie et le désir humain.


Imaginons un instant que le budget destiné à la recherche Américaine soit mit entre les mains de chercheurs Tibétains.

Croyez vous que le monde suive la même voie ?


Je ne sais pas si on peut juger, théoriser, et avoir assez de recul pour faire des distinctions entre différents courants de pensée, j'ai vraiment l'impression que c'est se focaliser sur des "possibles figés".

Je suis sans doute trop absorbé par mon travail actuel sur les Geeks, mais quand je vois à quelle vitesse évoluent les moeurs et les conceptions des choses, j'ai l'impression que ce que je viens d'écrire est déjà has been avant d'avoir cliqué sur la case "envoyer"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.transhumanistes.com
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Ven 30 Jan - 14:40

Citation :
Ce ne sont pas en soit les évolutions technologiques qui auront un impact sur l'homme, selon moi, mais les désirs de l'homme de développer de nouvelles technologies.

Idée extrêmement intéressante, j'ai remarqué que la plupart des débats autour du H+ reposaient sur la question "comment la société va-t-elle s'adapter à telle ou telle technologie", alors qu'il serait effectivement très utile de se demander, aussi (surtout ?), quelles technologies la société va chercher à produire.

De ce point de vue, le technoprogressisme, pour être efficace, ne devrait pas se contenter d'apaiser les peurs relatives aux biotechs, mais montrer quelles raisons on peut avoir de vouloir leur application. D'une certaine façon, affirmer un "principe d'expérimentation".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gattaca



Messages : 90
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Lun 23 Fév - 2:03

Citation :
Ce ne sont pas en soit les évolutions technologiques qui auront un impact sur l'homme, selon moi, mais les désirs de l'homme de développer de nouvelles technologies.

Je suis entièrement d'accord avec Cyberspy!

Si l'homme avec son côté primaire développe une technologie ne sera t elle pas dans un but d'assouvir un besoin primaire ? cupidité ? honneur ? pouvoir ? lequel des trois ?

La technologie oui mais dans quelles mains ? si les compagnies en situation de monopole par peur des conflits d'intérêts achètent tout les brevets technologique quel est le progrès pour l'ensemble ?

notre système est basé sur un concept primaire -> offre/demande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Mar 24 Fév - 15:32

En tout cas, on pourrais citer cette discussion pour montrer à quel point les conceptions simplistes du style néo-luddites sont éloignées de la réalité Wink

Bref, plus j'y pense, plus je suis convaincu qu'on ne peut pas se poser la question du progrès technique sans rien dire du contexte de ce progrès. Pour faire dans la métaphore, disons qu'entre donner un couteau à un cuisinier ou à un sociopathe, il y a un monde.

Ca me fait presque dire que la notion de principe de précaution devrait concerner en permier lieu le champ politique, plutôt que le champ purement technique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
salimbatna



Messages : 9
Date d'inscription : 29/03/2009
Localisation : Algérie

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Lun 30 Mar - 0:24

Esque le principe de précaution est une raison pour interdire les recherches sur les OGM? ou une raison d'interdire l'aplication des resultats?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc



Messages : 1260
Date d'inscription : 05/10/2008
Localisation : Athènes

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Lun 30 Mar - 10:09

salimbatna a écrit:
Esque le principe de précaution est une raison pour interdire les recherches sur les OGM? ou une raison d'interdire l'aplication des resultats?
Salimbatna, bonjour,

Heureusement, le principe de précaution n'interdit pas la recherche fondamentale. Aujourd'hui, en France, on fabrique et on étudie des OGM, végétaux ou animaux, en laboratoire.

La question est plus épineuse quand il s'agit en effet d'appliquer les résultats des découvertes. Quelles menaces, sur la bio diversité par exemple, font peser les cultures en plein champ de maïs transgénique ? Les réponses actuelles des scientifiques ne semblent pas rédibitoires. Mais les rapports se suivent et se contredisent parfois.
Dans l'incertitude, le principe de précaution invite donc le législateur à limiter, voire à interdire ces applications, jusqu'à plus ample connaisance des risques réellement encouru.

C'est donc ta seconde hypothèse qui est la bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
salimbatna



Messages : 9
Date d'inscription : 29/03/2009
Localisation : Algérie

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Lun 30 Mar - 17:30

Si l'on prend precaution contre un danger qui menace les interet hummain, ce principe n'est'il pas le premier pour un transhummaniste
Si on prend précaution a ce que les choses reste inchangé dans la douleure hummaine, la famine des plus pauvre et l'incapacité des plus aisés a les aider, de peur de léser la mére nature qui ce delecte de voire survivre les plus fort parmis les etres et MOURIRE les plus FAIBLE.
comment on doit concevoire ce principe "principe de précaution" et comment ce presente t'il dans la realité juridique ????????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Mar 31 Mar - 20:01

J'ai pas les textes exacts sous la main, mais, de mémoire, le principe de précaution a été inscrit dans la charte de l'environnement, elle même accolée à la constitution. Autrement dit, sans être une obligation constitutionnelle, c'est un principe inscrit dans les textes auxquels la constitution se réfère, comme les droits de l'Homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
salimbatna



Messages : 9
Date d'inscription : 29/03/2009
Localisation : Algérie

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Mer 1 Avr - 17:28

l'énoncé de la loi française de 1995 :
« l'absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l'adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l'environnement à un coût économiquement acceptable » source wiki pedia
En février 2005, le Parlement français a inscrit dans la Constitution la Charte de l'environnement, installant par là même le principe de précaution au niveau le plus élevé de la hiérarchie des normes juridiques :
« Lorsque la réalisation d'un dommage, bien qu'incertaine en l'état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l'environnement, les autorités publiques veilleront, par application du principe de précaution, et dans leurs domaines d'attribution, à la mise en œuvre de procédures d'évaluation des risques et à l'adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage » (article 5). source wiki pedia

le législateur parle d'un dommage a l'ENVIRONEMENT,
mais ne devon nous pas faire la balance entre le domage a l'environement et le benefice a l'espece hummaine
si le dommage a l'environement tel qu'il est aujourdhui ast avéré et durable, et que le benefice pour la race hummain l'est aussi,
esque un choix ce pose ????
devon nous nous poser des question ???
et lesquelles ???
apré cete environemment n'ya t'il pas un autre ? et un autre ?
doit'il rester tel qu'il est ???
l'environement tel qu'il est n'a t'il que des bons cotés ????
devon nous en user et enabuser de cette environnelent ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Mer 1 Avr - 17:46

Le hic, aussi, c'est qu'il n'y a même pas, dans ce texte, un début d'essai de définition de ce qui peut être un dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
salimbatna



Messages : 9
Date d'inscription : 29/03/2009
Localisation : Algérie

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Mer 1 Avr - 19:56

des dizaines de questions peuvent être posé autour de ce texte, tellement il est vague et imprécis,
ces question la on doit d’abor les poser, ensuite on doit y répondre.
pour que le progrès reste la première activité humaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc



Messages : 1260
Date d'inscription : 05/10/2008
Localisation : Athènes

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Mer 1 Avr - 20:21

salimbatna a écrit:

le législateur parle d'un dommage a l'ENVIRONEMENT,
mais ne devon nous pas faire la balance entre le domage a l'environement et le benefice a l'espece hummaine
si le dommage a l'environement tel qu'il est aujourdhui ast avéré et durable, et que le benefice pour la race hummain l'est aussi,
esque un choix ce pose ????
devon nous nous poser des question ???
et lesquelles ???
apré cete environemment n'ya t'il pas un autre ? et un autre ?
doit'il rester tel qu'il est ???
l'environement tel qu'il est n'a t'il que des bons cotés ????
devon nous en user et enabuser de cette environnelent ???

Je pose que, du point de vue de l'humain, la seule chose qui importe vraiment est la conservation de la Conscience humaine. A partir de là, l'homme à intérêt à préserver son environnement tant qu'il est dépendant de celui-ci. A très longue échéance, par contre, nous pouvons imaginer une humanité s'étant libérée de sa dépendance à la Terre et décidant de sacrifier celle-ci (mais c'est pas pour tout de suite Wink ).

Sinon, Krôgg a avancé dans un post précédent dans ce même fil :
Citation :
-Telle que je la conçois, la valeur de l'environnement non-humain peut se résumer en trois mots : "sortie de secours". Une sortie de secours évolutionniste, dans le sens où, en cas d'échec total de notre civilisation (extinction), il resterait des formes de vies capables d'évoluer, et peut-être, à terme, de produire une autre conscience. Mais aussi une sortie de secours socio-politique, pour d'éventuelles minorités persécutées : pour prendre le maquis, encore faut-il qu'il y ait un maquis, un espace vierge.. Sans compter l'utilité d'un référent externe, pour avoir une idée plus claire de ce qu'est la civilisation, l'espèce humaine (ou H+), etc., en comparant avec un "ailleurs".

Il me paraît en effet plus sage de ne pas abuser de notre environnement, mais au contraire d'apprendre à vivre en harmonie avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
salimbatna



Messages : 9
Date d'inscription : 29/03/2009
Localisation : Algérie

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Mer 1 Avr - 20:41

je oense qu'il faud passer d'un raisonement de preservation a celui de l'expension
avec la metrise de la modification génétique, l'homme est a l'aube d'une revolution tchnologique majeur
qui lui permetra d'utiliser toutes les capacité de la vie, aquisent durant des milier d'annés, pour ameliorer son cadre de vie et l'etandre "peut etre a d'autre plannetes"
mais il doit bien negocier le virage et surtout ne pas aller tout droit "statutco" "conservatisme"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
salimbatna



Messages : 9
Date d'inscription : 29/03/2009
Localisation : Algérie

MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Mer 1 Avr - 20:48

pour l'eventuelle echec
je pense que l'evolution a doté les hummain d'une capacité d'adaptation sur laquelle ils peuvent compter
et meme si la civilisation laisse apré elle un désastre totale
l'omme sera parmis les especes qui survivrons.
tenter et experimenter "c 'est ce qui a fait la grandeur de l'homme'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Principe de précaution ?   Aujourd'hui à 11:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Principe de précaution ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Caution personnelle du gérant
» caution bcaire par association pour les femmes entrepreneuse
» Maldoror : Récupération d'une caution
» Emprunt et co-emprunt et séparation. Caution
» qui connaît ce système de prêt?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Transhumanismes :: Discussions et débats :: Philosophies ; éthiques ; Politiques-
Sauter vers: