AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Eglise Futuriste
Jeu 6 Juin - 12:00 par almagor

» Avis de transfert du forum de l'AFT:Technoprog!
Ven 31 Mai - 19:24 par MarcAdmin

» Transfert du forum Technoprog! - nouvelle étape
Ven 31 Mai - 19:20 par MarcAdmin

» Coren
Jeu 23 Mai - 12:56 par Coren

» Bonjour, bonjour
Mer 22 Mai - 17:56 par Spartan

» Rencontre H+ irl Paris 22 mai 2013
Mer 15 Mai - 8:26 par MarcAdmin

» Stimulation Transcranienne électrique
Ven 10 Mai - 0:55 par Spartan

» Textes de Brainstorm
Mar 7 Mai - 4:09 par Brainstorm

» Quel est le 1er transhumain ?
Ven 3 Mai - 22:17 par p.pit

Adhésions
Adhérer à l'association Technoprog!

Partagez | 
 

 La mort est en danger de mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Marc



Messages : 1260
Date d'inscription : 05/10/2008
Localisation : Athènes

MessageSujet: La mort est en danger de mort   Sam 1 Nov - 19:55

Je place finalement ici cet article du Monde.
Je me suis demandé s'il fallait le mettre dans la section bibliographie, puis me suis dis qu'il devrait bien donner lieu à débat …

Citation :
La mort est en danger de mort, par Robert Redeker
LE MONDE | 31.10.08 | 12h49

Il n'est pas dit que nos arrière-petits-neveux prendront, comme nous, le chemin du cimetière à chaque Toussaint. L'évolution des biotechnologies pourrait mettre la mort en danger. Très bientôt l'espérance de vie aura doublé par rapport à ce qu'elle était au début du XXe siècle. La possibilité d'une existence humaine indéfiniment prolongée se dessine à l'horizon. En s'appuyant sur les promesses des cellules souches, sur la régénération, sur la cryonie et sur les transplantations d'organes, certains envisagent même, à terme, la mort de la mort. Faut-il s'en réjouir ?


Dans quel monde vivons-nous ? Celui des crèmes anti-âge, du Viagra, des pilules minceurs pour femmes ménopausées, des cosmétiques pour hommes grisonnants ! Celui où le rayon yaourts des supermarchés ressemble à une pharmacie ? Celui de l'espérance de vie ne cessant de s'étirer ? Celui d'une extraordinaire nouveauté : l'enfant contemporain, comme l'observe le sociologue Paul Yonnet, est élevé comme un immortel, dans l'ignorance de la mortalité. Ces symptômes sociaux traduisent l'emprise croissante d'une bio-utopie : celle de la vie n'évoluant ni vers le vieillissement ni vers la mort. L'homme contemporain a perdu un peu de son âme en n'affrontant plus la mort. Son esprit est déjà celui du temps où la mort n'existera plus.

La régénération, qui commence avec les cosmétiques, mais dont l'aboutissement s'accomplit dans l'effacement de la mort, est l'ennemie de la génération, de la jeunesse du monde. Nietzsche craignait de voir se multiplier des "générations d'enfants aux cheveux gris". C'est l'inverse, tout aussi effrayant, qui se produit, dessinant les linéaments de notre futur : des générations de vieillards à visages et corps juvéniles.

La vieillesse est ainsi en train de phagocyter la jeunesse. Combien de femmes quinquas redeviennent des poupées Barbie ? Combien de grands-pères travaillent leur apparence pour conserver un look de trentenaires ? Pourtant, si la bio-utopie immortaliste se réalise, le résultat sera bien plus radical : la vieillesse aura fait disparaître la jeunesse. Le signe distinctif de la jeunesse : l'avenir. Le signe distinctif de la vieillesse : le passé. Or la particularité des vieillards aux visages juvéniles qui peupleront la Terre une fois que la mort aura disparu s'exprimera ainsi : n'avoir ni passé (du fait de la régénération) ni avenir (du fait de la disparition de la mort).

FANATISME SANITARISTE

Un humain ignorant de la mort, est-ce encore un homme ? Il ne connaîtra pas le temps. Sans le surplomb de la mort, l'avancée de la rouille, la morsure de la précarité de l'existence, le temps n'est plus sensible, il n'est plus que chiffre. Or, comme la sensation du temps qui passe fabrique l'étoffe de notre vie intérieure, l'humain ignorant de la mort court le risque de n'être qu'une machine vivante sans âme, désanimée. La philosophie nous l'enseigne : l'homme est l'être-pour-la-mort, le vivant tire son être de son rapport à la mort.

La fin de la mort entraîne une conséquence politique, déjà à l'oeuvre : la biologisation de la vie collective par l'évaporation des frontières entre vie sociale et vie biologique. Pourquoi ? Parce que la vie, dans sa dimension purement zoologique, sera devenue plus que la seule valeur : le seul absolu. La vie aura vidé le ciel de toutes les valeurs exigeant le sacrifice de l'existence : la patrie, l'idéal politique, autrui, la justice, le Bien.

Le fanatisme sanitariste (chasse au tabac, aux aliments gras, à l'obésité, à l'alcool, etc.) qui secoue la société actuelle exprime l'effacement de cette frontière. Il exprime aussi la montée en puissance de la vie au détriment de tout ce qui vaut. Si cette tendance venait à envahir tout l'espace public, le but de l'existence collective se réduirait à un programme des plus vides : améliorer, perfectionner, et prolonger la vie. La politique se limiterait à gérer la vie biologique (la santé) des individus.

Le recueillement de la Toussaint - dernier avatar de ce culte des morts dont chacun sait qu'il est signe d'humanité - nous rappelle que pour rester des hommes nous devons protéger la mort autant que la vie, assumer le défi de notre mortalité. La disparition de la mort serait en effet la vraie mort de l'homme.

Robert Redeker est philosophe.

Qu'en dites-vous ?

Pour ma part, la première proposition du H+, améliorer l'humain, notamment en allongeant sa durée de vie, exige de se poser cette question : que se passe-t-il si nous poussons cette logique à son maximum et abolissons la mort naturelle elle-même ?
Est-ce souhaitable ? Oui ou Non, pourquoi ?
Si non, jusqu'où est-il souhaitable de prolonger l'existence des individus ? En fonction de quels critères fixerons-nous (ou nos arrières arrières arrières … petits enfants) nos choix ?
Si oui, est-il possible d'envisager de manière rationnelle (en évitant la spéculation gratuite) ce que pourrait être les conséquences d'un tel choix ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MarcAdmin
Admin


Messages : 127
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Sam 1 Nov - 22:12

Désolé, je ne suis pas assez calé en philo, mais la première chose qui me vient à l'esprit dans sa réflexion est que pour moi, l'homme ne vit pas dans un environnement / univers aseptisé.

La mort ?

Mais je suis mort au moins 5 fois déjà dans ma vie, au sens figuré comme au sens (quasi) propre.

Pour moi, il ne faut pas confondre Mort et Fin.

Dans son discours, on croirait que pour la première fois depuis que l'homme existe, il veut / souhaite faire perdurer son existence.

Or pour moi, sans entrer trop dans les détails, rien qu'avec la religion, les histoires de paradis, d'enfer, ou de réincarnation, l'homme s'est toujours plus ou moins projeté sur un plan existentiel après l'interruption de son support physique (la mort du corps).

Là aujourd'hui, on est passé de l'ère de la religion à l'ère de la technologie, ou technobiologie (Dans ce sens où nos phantasmes métaphysiques se sont transformés en phantasmes métascientifiques)

Qui aime mourir ?

C'est une question complètement stupide, mais à mon sens tellement simple et au cœur du sujet.

Je pense en plus que l'auteur de cet article a complètement la tête dans le guidon.

Ce n'est pas parce que des poules de luxe complètement endoctrinées et conditionnées aux artefacts sociaux de surface actuels ont un certain type de comportement qu'il faut croire que chacun d'entre nous va plonger dans le mythe de l'éternelle beauté.

Désolé si je suis cru et coloré.

Mais je ne suis pas certain que Houellebecq gère son immortalité comme le prochain gagnant de la star'ac...

Et quand bien même ?

Si pour certains d'entre nous l'existence se résume aux apparences, qui sommes nous pour les juger ?

Pouvoir être "immortel" ne signifie pas "vouloir" être immortel.

Combien ai je vu de personnes âgées autour de moi vouloir partir car elles étaient les dernières ?

Et si elles n'étaient jamais les dernières, et si elles avaient un corps qui se maintienne à celui d'une personne de 40 ans, auraient-on autant de dépressions qu'à l'heure actuelle en maison de retraite ?

Combien de personnes se retrouvent sur le carreau car à 55 ans, on ne les embauche plus ?

Et si on pouvait bosser toute notre vie, et que cette vie dure indéfiniment ?

Et si le véritable challenge humain n'était-il pas simplement de vivre des morts à répétition, dans le sens où quand nous naissons et nous construisons psychologiquement, nous sommes adaptés à une époque, pas à la suivante, ni à celle d'après ?

Et si...

Et si....

Pour moi, ce sont ces "et si..." qui sont au cœur du problème, désolé si je dévie un peu dans un raisonnement type Gestalt, mais appréhender l'homme de demain avec nos visions actuelles sans être capable de se mettre à penser en homme de demain, en restant appuyé sur des paléos dogmes, ben ça donne ça comme article.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.transhumanistes.com
Poukram



Messages : 6
Date d'inscription : 19/10/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Sam 1 Nov - 23:38

Citation :
Dans son discours, on croirait que pour la première fois depuis que l'homme existe, il veut / souhaite faire perdurer son existence.

Or pour moi, sans entrer trop dans les détails, rien qu'avec la religion, les histoires de paradis, d'enfer, ou de réincarnation, l'homme s'est toujours plus ou moins projeté sur un plan existentiel après l'interruption de son support physique (la mort du corps).

Là aujourd'hui, on est passé de l'ère de la religion à l'ère de la technologie, ou technobiologie (Dans ce sens où nos phantasmes métaphysiques se sont transformés en phantasmes métascientifiques)

Pour moi disons que pour beaucoup avec l’éducation et les découvertes générales de ces dernières dizaines d’années (voir meme siècles pour certains domaines), la religion a perdu toute crédibilité. Après avoir soutenu que la terre était plate … Que l’Homme était un descendant d’Adam et Eve qui étaient né « Homme » et tout autres aberrations religieuse, je prend pour exemple la religion catholique car c’est celle dans la quelle j’ai été élevé, mais c’est valable pour quasiment toutes les religions.
Pour moi, pour pas mal de personnes là technologies remplace la religion, ils placent leurs espoirs dans de technologies pour vivre plus longtemps, rester jeunes, vivre heureux etc …
Car bon malgré les progrès dans l’éducations et dans les médias, la technologies reste un domaine difficile d’accès dont les gens se tiennent au courant des idées générales mais ne cherchent pas à s’informer, ni a comprendre ce qu’on leur dit.







Citation :
Ce n'est pas parce que des poules de luxe complètement endoctrinées et conditionnées aux artefacts sociaux de surface actuels ont un certain type de comportement qu'il faut croire que chacun d'entre nous va plonger dans le mythe de l'éternelle beauté.

Qui peut définir la beauté ? Deja chacun a ses préférence et meme les critères de beauté généraux des époques varient rapidement, ce qui était beau il y a 50 ans est horrible maintenant donc bon faudra faire des pack de beauté évolutif et non définitif ^^




Citation :
Pouvoir être "immortel" ne signifie pas "vouloir" être immortel.

Après immortel mais sous quelle forme, garder notre corps, ou passé un certains moment l’être sur un plan astral ou même informatique, en devenant qu’un série de 1 sur une bécane du diable.



Citation :
Pour ma part, la première proposition du H+, améliorer l'humain, notamment en allongeant sa durée de vie, exige de se poser cette question : que se passe-t-il si nous poussons cette logique à son maximum et abolissons la mort naturelle elle-même ?

Cela pourrait peut etre tout simplement aboutir a notre mort mais d’une autre façon, car la nature régule les espèces, une fois la planète complètement habiter, sans espaces pour la l’agriculture, l’élevage ou autre comment l’homme vivra t il ? Meme si sur un plan anatomique on est arrivé vaincre la mort, la mort peut arriver de bien des façons.




Citation :
Est-ce souhaitable ? Oui ou Non, pourquoi ?


Toujours pareil, qui n’aimerait pas pouvoir vivre toute sa vie sans perdre la moindre personne proche ? Mais on retombe après dans un surpopulation de la Terre, comment la gérer ? Ce qui auront les moyens de payer vivront ? Alors que les autres devront se laisser mourir ?



Citation :
Si non, jusqu'où est-il souhaitable de prolonger l'existence des individus ? En fonction de quels critères fixerons-nous (ou nos arrières arrières arrières … petits enfants) nos choix ?


Qui peut se juger apte a définir ses critères ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc



Messages : 1260
Date d'inscription : 05/10/2008
Localisation : Athènes

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Dim 2 Nov - 21:04

Citation :
Cyberpsy
Pour moi, il ne faut pas confondre Mort et Fin.

Voudrais-tu préciser cette réflexion.

Citation :
Qui aime mourir ?
C'est une question complètement stupide, mais à mon sens tellement simple et au cœur du sujet.

Le point de vue du philosophe auteur de l’article cité, Robert Redeker, ne me semble pas soutenir l’idée d’un amour de la mort, mais simplement celle que, sans la mort, ou même avec l’éloignement de plus en plus important de l’idée de la mort, l’homme change (de mentalité, de valeurs …) au point de devenir radicalement autre.

Cela dit, quand il dit que « La philosophie nous l'enseigne : l'homme est l'être-pour-la-mort, le vivant tire son être de son rapport à la mort. », il me semble qu’il se montre incapable d’envisager un temps où la mort ne serait justement plus inéluctable. Il nous répète en quelque sorte : puisque la mort est inévitable, l’homme doit mourir !
Je suis donc d’accord avec toi quand tu dis : « quand nous naissons et nous construisons psychologiquement, nous sommes adaptés à une époque, pas à la suivante, ni à celle d'après ? » La réflexion de Redeker me semble en être une parfaite illustration.

Citation :
Poukram
Après immortel mais sous quelle forme, garder notre corps, ou passé un certains moment l’être sur un plan astral ou même informatique, en devenant qu’un série de 1 sur une bécane du diable.

A mon sens, la réflexion H+ débouche sur l’idée que l’important n’est pas le support, mais le contenu. Autrement dit, si demain un support informatique s’avère plus performant, plus sûr, plus durable qu’un corps organique, je ne serais pas étonné (d’autant moins que je ne serai pas là pour le voir Crying or Very sad), que de nombreuses consciences humaines choisissent de sauter le pas.

Citation :
Cela pourrait peut etre tout simplement aboutir a notre mort mais d’une autre façon, car la nature régule les espèces, une fois la planète complètement habiter, sans espaces pour la l’agriculture, l’élevage ou autre comment l’homme vivra t il ? Meme si sur un plan anatomique on est arrivé vaincre la mort, la mort peut arriver de bien des façons.

L’allongement de la durée de la vie ne semble pas avoir pour effet la surpopulation, mais au contraire un phénomène, d’ailleurs très problématique, de dépopulation ! (Lire à ce sujet le traité du philosophe Christian Godin, La fin de l’humanité). Après un pic atteint à la fin du XXIème siècle, la population mondiale devrait se mettre à baisser, peut-être dans des proportions dramatiques.

Citation :
Qui peut se juger apte a définir ses critères ?

Dans une société idéalement démocratique, ces critères sont fixés par le peuple souverain. Nos sociétés sont loin d’être idéales, mais cela ne nous empêche pas de nous exprimer et de tenter de faire entendre nos avis individuels. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc



Messages : 1260
Date d'inscription : 05/10/2008
Localisation : Athènes

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Dim 2 Nov - 21:16

Une petite réflexion personnelle pour continuer :

Il me semble que l’éventualité du choix de l’immortalité « naturelle » placerait l’humain devant une contradiction :

- d’une part, quelques chose comme une force irrépressible, -que certains appellent nature, énergie, que d’autres appellent amour, que l’on croit deviner au plus profond du vivant, nous pousse à lutter contre la mort (nous pourrions développer à l’envie sur les innombrables formes que peut prendre cette lutte, de la molécule qui cherche à se dupliquer, à l’homme politique qui cherche à graver son nom dans l’Histoire …). Cette lutte peut même résumer le sens de l’existence.
De ce point de vue, tout être humain devrait soutenir la démarche H+.

- d’autre part, les humains (ou au moins un grand nombre d’entre eux) ont pris « l’habitude » de considérer la mort comme une partie indissociable de la condition humaine. Dans nombre de courants de pensée, cette conception relève d’une dimension religieuse ou sacrée.
De ce point de vue, tout être humain devrait tenir en abomination la démarche H+ !


Comment résoudre la contradiction ?

La voie la plus simple peut sembler être de disqualifier un à un les arguments des tenants de la mortalité humaine. Les H+ s’y emploient déjà depuis quelques années d’une manière que je trouve convaincante et j’ai moi-même commencé à m’investir dans ce travail de longue haleine.
Néanmoins, je crois -pour l’instant, que quelques réserves s’imposent :

- 1 – C’est cet état mortel qui a poussé le vivant, puis l’humain conscient à vouloir développer sa connaissance et sa maîtrise de l’univers. Dans un univers infini, ce moteur est nécessaire à la poursuite infini de l’expansion de la conscience, de la connaissance et de la maîtrise. Casser ce moteur, ce serait cesser de lutter afin de se prémunir au mieux contre tous les dangers, à toute échelle, qui menacent l’existence de la conscience humaine.
- 2 – Être persuadé de son immortalité, pour une espèce n’étant pas absolument immortelle serait le signe le plus certain de sa perte.
- 3 – L’immortalité réelle n’est qu’un « point de fuite », un objectif peut-être utopique mais qui détermine une perspective. Face à un univers infini, la conscience humaine ne parviendra peut-être jamais à assurer définitivement son immortalité, mais elle peut sans cesse chercher à renforcer ses chances de perpétuation.

C’est pour cette raison que je précisais : « si nous abolissons la mort naturelle ». En effet, même si nous continuons à repousser très loin les limites de la mort par maladie ou de vieillesse, nous ne pourrons peut-être jamais, du moins si l’univers est infini, abolir la mort accidentelle. Tant que la conscience aura besoin d’un quelconque support matériel pour exister, corps humain, post-humain, réseau informatique ou autre, elle sera tenaillée par l’angoisse (salutaire) de voir ce support (ou ces supports) détruit par un évènement quelconque.

La conscience humaine pourrait donc chercher à se doter simplement d’un support dont la durée de vie maximale, toujours en augmentation, devrait surtout être en adéquation avec des facteurs psychologiques et sociaux pratiques, propres à garantir au mieux la liberté des individus et les équilibres de la société trans-, puis post-humaine.
Dans un premier temps, et pendant longtemps encore, cette durée sera sans doute déterminée par :
- les avancées de la science,
- le libre choix des individus,
- les capacités financières des uns,
- la capacité de mobilisation solidaire des autres,
- les superstructures de régulation institutionnelles,
- quantité d’autres facteurs qui ne me passent par la tête en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cmuller



Messages : 22
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Lun 3 Nov - 22:51

Peu de temps hélas. Je pense que c'est un faux débat, du moins un débat posé sur une base fausse par Redeker : il n'y a pas d'immortalité à l'horizon prévisible.

> Dans le domaine biologique, l'enjeu est d'augmenter la longévité des individus en bonne santé. Et ce n'est pas gagné du tout, il faut être réaliste : même les individus échappant aux causes habituelles de mortalité (pathologies) connaissent une lente dégradation cellulaire et tissulaire. La repousser, sans doute. La réparer localement (régénérer un tissu), probablement. L'inverser totalement ou bloquer la sénescence à tous les niveaux du télomère à l'organe, sans effet secondaire, cela reste spéculatif à ce stade de nos connaissances. Et pour la plupart, il faut déjà guérir les pathologies infectieuses, immunitaires, cancéreuses, dégénératives, etc. ou bien éviter que les interventions ne les provoquent (c'est un des gros problèmes en thérapie génique ou cellulaire, une cellule immortelle s'appelle une cellule... cancéreuse).

> Dans le domaine informatique (que je connais mal), l'enjeu serait de "télécharger" un contenu conscient sur support machine. Il n'y a pas de preuve de concept pour le moment à ma connaissance (on n'a pas craqué le code neural de la conscience, encore moins le moyen de le détacher du corps et de le répliquer). Et dans tous les cas, le problème ne serait plus le comportement d'un homme immortel (comme Redeker le pose), mais celui d'un agent virtuel dans un système informatique, ce qui n'a plus rien à voir.

> La mort accidentelle reste inévitable, comme cela a été dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mutageneses.com
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Mer 5 Nov - 22:41

La base est fausse, en effet, mais le débat est intéressant, donc...

La première erreur de raisonnement que je vois dans ce texte, c'est d'assimiler la fin du vieillissement à la fin de la mort. C'est oublier un peu vite les accidents, les maladies (supprimer le vieillissement n'implique pas forcément de pouvoir venir à bout de tous les agents pathogènes), la criminalité, etc. A vrai dire, je pense plutôt qu'en disposant d'un temps suffisamment long, on finit forcément par mourir dans un accident. Il se pourrait également que la lassitude pousse certaines personnes au suicide.

Le second point non démontré est l'idée qu'un individu immortel ne prendrait plus aucun risque. Peut-être que ce sera le cas, et ça le sera probablement pour une partie de la population, mais d'autres, au contraire, profiteront de leur immortalité potentielle pour multiplier les nouvelles expériences, dont certaines augmenteront les risques d'accidents (sports extrêmes, exploration spatiale etc.).

Il me semble d'ailleurs que ce que Redecker craint le plus, c'est que plus personne ne se sacrifie pour des idéaux, en raison de cette prudence extrême. Même en admettant que les choses se passent ainsi, il faudrait encore s'assurer que le sacrifice au nom d'un idéal soit une bonne chose.

Enfin, ce texte repose implicitement sur l'idée d'un passage assez brusque de la mortalité à l'immortalité. Or, il est probable que le traitement en question mette un certain temps à se diffuser dans toute la population, sans compter que certains individus le refuseront. Avant cela, il y aura eu denombreuses années de recherches et d'expérimentations préalables, au cours desquelles il sera de notoriété publique que l'immortalité est devenue un objectif de recherche. Avec, en prime, les annonces prématurées qui ne manqueront pas d'avoir lieu.

Il est me parait même possible qu'on devienne immortels sans s'en rendre compte tout de suite, et qu'on finisse par constater que les individus qui cumulent certains traitements médicaux, conçus séparément pour résoudre chacun un problème précis et limité, ne vieillissent plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gattaca



Messages : 90
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Jeu 6 Nov - 0:27

Citation :
Le fanatisme sanitariste (chasse au tabac, aux aliments gras, à l'obésité, à l'alcool, etc.) qui secoue la société actuelle exprime l'effacement de cette frontière. Il exprime aussi la montée en puissance de la vie au détriment de tout ce qui vaut. Si cette tendance venait à envahir tout l'espace public, le but de l'existence collective se réduirait à un programme des plus vides : améliorer, perfectionner, et prolonger la vie. La politique se limiterait à gérer la vie biologique (la santé) des individus.

Ce cher monsieur Redecker est il en train de défendre ouvertement les lobbys du tabac, de l'alcool et de tout les groupes industriels qui détiennent le poison et l'antidote ?

De toute manière il ne faut pas se leurrer, le transhumanisme va retrouver sur sa route non pas des gens sincère avec une pseudo éthique, mais la pluspart des lobby.

Pour résumer, la pluspart des personnes qui soutiennent le technoprogressisme, vont à l'encontre de tout les intérêts économiques.

Imaginez un instant que l'espèce humaine soit :
- non primaire et dénuée d'impulsivité de consommation ou d'action instinctive.
- non sensible aux développement cancéreux.
- muni d'une perception insensible à la manipulation médiatique.

Faut il rappeler la baisses des budgets éducatifs dans la majorité des pays ( OCDE ou en voie de développement ? ).


C'est tout le pan économique actuellement qui va se retourner contre nous, alors je dirais que ce monsieur Redecker fait parti de toute la clique d'individu qui vont absolument saper l'intérêt que va susciter le transhumanisme.

La mort n'est pas plus en danger de mort que la vie en danger de vie, le technoprogressisme n'apporte pas la fin de la mort, mais une vie différente que celle proposée par le mode économique actuel.
Leur mort est elle plus belle que celle qu'on espère pour notre prochain ?
Il est carrément en train d'avouer que de mourir d'un vice est préférable que chercher à prendre soin de sa vie.
C'est assez curieux de la part d'un philosophe, car soit il se sent visé par le fait que le technoprogressisme est en train de trouver un idéalisme qui dérange, sans doute.
Mais à la différence de ces personnage platoniciens, s'oppose le non dogmatisme des sceptiques que nous sommes où l'expérience et l'empirisme a plus de valeur, peut être est cela qu'il veut descendre en flèche ? un mode de pensée en opposition avec les conservateurs de tout bords.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Jeu 6 Nov - 19:16

A vrai dire, il faudrait déjà se demander sur quel plan se place Redecker : cherche-t-il à formuler une éthique individuelle, que chaque individu serait libre de suivre ou pas, ou est-ce une tentative de normalisation, tout le monde devant obligatoirement se conformer à ses principes?

Dans le premier cas, on peut se contenter de souligner quelques illogismes, sans plus. Après, chacun est libre de se fixer des règles absurdes, si ça lui chante.

Dans le second cas, il me semble que la première question à poser est "pourquoi vouloir imposer cette règle?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cmuller



Messages : 22
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Sam 8 Nov - 11:30

(Krôgg) Nous sommes d'accord. J'ajouterais en complément sur les illogismes :

- bien des individus actuels ne prennent aucun risque particulier dans le cours de leur existence, on ne voit pas trop ce qui changerait avec une espérance de vie de 100 ou 500 ans. Il faudrait démontrer que le comportement de prise de risque est causé par la sénescence et la mort, ce qui n'a aucune base neurobiologique à ma connaissance ;

- certaines formes d'immortalité (dignes de la SF, mais pourquoi pas puisque Redeker s'affranchit de toute contrainte factuelle et raisonnable) pourraient au contraire favoriser le risque. Par exemple, si je sais qu'un clone avec ma conscience downloadée prendra ma suite, je n'ai pas spécialement peur de ma mort, je peux donc faire toutes sortes d'expériences extrêmes pour élargir mes sensations.

- idem pour le "sacrifice à l'idéal" (avec vos réserves sur cette notion) : soit un individu X porté à l'altruisme et s'engageant dans des causes généreuses, en quoi le fait de vivre longtemps lui ôterait d'un coup de baguette magique cette disposition et le rendrait égoïste ? Là encore, il faudrait établir une causalité avant de trancher.

- si l'on imagine que l'homme peut devenir immortel, on peut tout imaginer, donc que l'homme capable de se rendre immortel est aussi capable de modifier ses états d'esprit (par exemple, d'avoir en permanence ce goût de la nouveauté, du risque, de l'engagement qui caractérise souvent l'adolescence).

*

Sinon, je crains que Redeker, comme la plupart des philosophes, se placent sur le plan d'une éthique contraignante (à partir du moment où il estime que la philosophie peut définir ce qu'est l'homme, notamment être-pour-la-mort, je suppose qu'il estime la même philosophie capable de définir ce que doit faire l'homme depuis sa condition. Pour moi, la contrainte commence quand on prétend énoncer des généralités sur l'homme au singulier ou l'homme comme essence...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mutageneses.com
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Sam 8 Nov - 19:46

Citation :
Son esprit [celui de l'homme contemporain] est déjà celui du temps où la mort n'existera plus.

Hypothèse : dans le texte de Redecker, la critique de l'immortalité est peut-être une critique voilée de la société contemporaine (psychose sécuritaire, absence d'engagement, etc.).

Ou plutôt, il me semble qu'il amalgame les deux, comme si une humanité immortelle était une simple "intensification" de l'humanité mortelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liquid



Messages : 26
Date d'inscription : 06/11/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Sam 8 Nov - 22:40

Juste histoire de faire de la provoc' gratuite, je dirais que Redeker est surtout dégoûté d'avoir pris conscience qu'il fera partie des derniers hommes à mourir Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oussamabenliquid.blogg.org
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Mer 12 Nov - 20:42

Possible Wink

Je me demande quelle place occupe la mortalité, dans sa pensée (pas seulement dans ce texte). Suivant l'importance qu'il lui accorde, il est peut-être aussi dégouté de devoir revoir sa copie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
+Technophile+



Messages : 64
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Ven 14 Nov - 1:30

En tout cas ce qui est sure c'est que monsieur Redecker me semble bien engagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lip69



Messages : 79
Date d'inscription : 20/03/2009

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Sam 28 Mar - 21:43

Poukram a écrit:
Citation :
Si non, jusqu'où est-il souhaitable de prolonger l'existence des individus ? En fonction de quels critères fixerons-nous (ou nos arrières arrières arrières … petits enfants) nos choix ?


Qui peut se juger apte a définir ses critères ?
Chaque individu peut etre apte à définir ces critères pour lui-même !

Pourquoi ne pas laisser l'humanité se diversifier en fonction des désirs de chacun par groupe de besoins ?

Aprés tout, ceux qui souhaitent mourrir pour rejoindre leur(s) "dieu(x)", qui serions-nous pour leur imposer autre chose ?

Ceux qui considèrent que la vie est trés bien avec la mort naturelle telle qu'elle est, qui sommes-nous pour les juger ?

Alors, qui sont-ils pour juger ceux qui souhaitent vivre aussi longtemps qu'ils le désirent ?

Mais au moins, il faudrait qu'on ait le choix au plus vite !

Et inévitablement, plusieurs humanités devraient naitre comme l'évolution a créé différentes espèces, rien de nouveau sauf des libertés supplémentaires que pourraient apporter les technosciences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Mar 31 Mar - 20:05

Comme le disait Cmüller (je crois que c'est lui), le souci est que Redecker, comme beaucoup de philosophes, se pose en producteur de normes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lip69



Messages : 79
Date d'inscription : 20/03/2009

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Sam 4 Avr - 18:22

Citation :
Le recueillement de la Toussaint - dernier avatar de ce culte des morts dont chacun sait qu'il est signe d'humanité - nous rappelle que pour rester des hommes nous devons protéger la mort autant que la vie, assumer le défi de notre mortalité. La disparition de la mort serait en effet la vraie mort de l'homme.
Le problème, c'est que Redecker ne definit pas en quoi consiste ces signes d'humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack



Messages : 240
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Dim 5 Avr - 18:31

Ce genre de propos (la passage cité par lip) me fait penser à un raisonnement du style "Il faut qu'il y ait des gens qui meurent de faim, pour qu'on ai toujours l'occasion de faire preuve de charité". En tout cas, j'ai l'impression que c'est le raisonnement de fond. J'appelle ça du parasitisme moral...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcis



Messages : 5
Date d'inscription : 21/04/2009

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Mar 21 Avr - 23:04

Citation :
Juste histoire de faire de la provoc' gratuite, je dirais que Redeker est surtout dégoûté d'avoir pris conscience qu'il fera partie des derniers hommes à mourir

La dessus j'avoue qu'il y a de quoi Wink
J'ai 20 ans et je me dis que si jetais né 20 ans plus tard seulement, j'aurais peut etre eté bon pour l'immortalité. Le hasard fait bien ou mal les choses en fonction...


Sinon Redeker fait preuve de sectarisme, rien n'empeche les gens de choisir leur regime alimentaires ou medicales ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
+Technophile+



Messages : 64
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Jeu 23 Avr - 18:42

"j'aurais peut etre eté bon pour l'immortalité. Le hasard fait bien ou mal les choses en fonction..."

J'ai beau être un technophile avéré, un pure transhumaniste, je ne pense pas que l'on découvrira
le secret de l'immortalité en seulement 20 ou 30 ans ; mais bon, qui sait, peut être qu'un
scientifique ardu percera ce secret un jour...

Mais personnellement, je pense que, si jamais le secret venait à être percé,
je doute fort que le type qui l'a percé donne la "recette" au grand public ;
a mon avis il gardera le secret pour lui comme les américains ont essayé de garder
le secret de l'arme atomique pour eux.

Moi a mon avis, d'ici 20 ou 30 ans, on pourrai plutôt bénéficier des nouvelles technologies pour,
par exemple, voir dans le noir, s'incorporer un tazer électrique dans une ou deux mains pour se défendre(avec un système de rechargement biologique grâce aux nano-technologies) ;
et, peut être, remplacer des parcelles du corps humain par des parties synthétique beaucoup plus
fiable qu'a l'heure actuel(muscle synthétique apportant plus de force qu'un muscle organique...).

D'ailleurs j'avais crus voir dans une news de ce forum que l'on avais réussit a donner
a une personne un "oeil bionique" permettant je ne sait plus quelles avantages.

En tout cas je pense que les transhumanistes devraient créer un parti politique,
et commencer a débattre avec le grand public des innombrables bénéfice que pourrai
apporter une politique axé sur la recherche scientifique plutôt qu'une politique
bancale de gaspillage de blé tel l'actuel " ère sarkozy "
quand je vois les milliards investi dans l'armée et l'arme nucléaire, ça me donne la nausée...

Vivement demain !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gattaca



Messages : 90
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Jeu 23 Avr - 23:30

Je continue à le répéter, la technologie oui mais pas pour exploiter encore ce qui fait notre société telle qu'elle est.

Si je vends un coeur artificiel et que je "pense" système humain 1.0 alors je le vend qu'aux riches est ce une avancée ? ou une exploitation de la peur de la mort ?

Voilà ce qui va se passer or le transhumanisme n'est au final une étape d'eugénisme parallèle à celui de la nature.


Et il ne faut pas rêver le principe de rentabilité va rallonger énormément l'évolution faut il rappeler l'exemple des trams à LA ? ou encore le principe de lobyisation ? vous voyez ce que je veux dire ?

Il faut faire pousser le transhumanisme quoiqu'il arrive et laissé l'humain 1.0 dans son coin de toute manière la Nature n'est qu'un mélange de force qui se dévorent si l'humain 2.0 voit le jour l'humain 1.0 doit disparaitre avec son système ses problèmes et son anamnèse.

L'humain 2.0 n'est pas seulement un aboutissement technologique mais aussi morale, physiologique et technologique la total quoi^^.

Moi même je devrais disparaitre car version obsolète.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
+Technophile+



Messages : 64
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Jeu 23 Avr - 23:53

"Moi même je devrais disparaitre car version obsolète."

Ca je ne le pense pas, bien que ne te connaissant pas, je peut tout de même t'affirmer
que tu n'est pas obsolète ; comme tout être humain.

Et cessons le mythe de "seul les riche pourront se payer les avancé technologique dans le future"
Je pense que si le gouvernement saurai géré son budget intelligemment, ça ferai depuis longtemps
que le taux de pauvreté serait passé au dessous du seuil de zéro.
Il ne devrai pas y avoir de personne pauvres en temps normal ; si il y en a
c'est qu'il y a un problème de gestion quelque part.
Vous devez savoir que les patrons(je généralise)gagne 30 fois plus d'argent qu'un ouvrier normal.
Vous devez aussi savoir que l'on dépense des milliards et des milliards pour des conneries tel
une batterie de missile à ogive nucléaire dont le prix est faramineux, que seul 3% du budget mondial de l'armée pourrai suffire à nourrir la planète, etc, etc...

Et puis, de toute façon, une fois que certaines nouvelles technologie seront devenu "banal" ,
leur prix chuterons puis se stabiliseront, devenant accessible a une grande partie de la population.

Aussi, chacun devrait être libre de choisir s'il veut " s'augmenter " ou non
C'est sure, un coeur artificiel coûte chère, mais d'ici 30 ans ça ne coûtera plus si chère que ça.
Ce qu'il faut, c'est banalisé les nouvelles technologie afin de les rendres plus accessible a la population.

Il serai aussi temps de réformer le monde du travail, créer de nouveau emplois,
et rendre les métiers plus accessible ; mais aussi baisser le prix des denrées "vitale"
tel la nourriture, qui ne cesse d'augmenter dans les grandes surface.
Il faudrait aussi baisser tout ce qui est essentiel et dont on ne peut se passer
(eau, électricité, pain(qui a encore augmenter soit dit en passant...), et produit de la vie de tout les jours.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gattaca



Messages : 90
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Ven 24 Avr - 1:04

Citation :
Et cessons le mythe de "seul les riche pourront se payer les avancé technologique dans le future"

Je suis désolé de te décevoir mais c'est une réalité, l'exemple de l'automobile est plutôt intéressant :

des 4 freins basiques on est passé à l'option ABS que seule les voitures les plus élitistes proposaient puis quand cela s'est démocratiser ( conccurence oblige ) de l'ABS on passe à l'ESP, mais à chaque fois l'évolution ou plutôt exploitation d'une technologie nouvelle n'est jamais proposée immédiatement mais passe automatiquement par la case "Marketing" c'est ce qui me gêne personnellement, quand je vois monde médical ou évolution de l'homme associés à Marketing là je me dis on ne pourra évoluer convenablement ou disons forcément avec un conflit d'intérêt.

Associer la rentabilité avec évolution ou santé cela ne peut faire bon ménage.

En sachant que l'évolution passera automatiquement par le monde médical le premier labo qui sortira une thérapie génique en opposition direct avec les traitements actuels ce labo disparaitra tel est le problème de beaucoup de technologies.

Le gouvernement gère bien il fait ce pour quoi il est fait, une population au service d'une élite économique notre civilsation n'est plus politique mais économique depuis le principe de globalisation.

La globalisation est une bénédiction à condition que cela ne soit pas une globalisation économique et tout les peuples au services d'une élite monétaire...enfin on verra bien ce que ça donnera désoler pour le HS faudra sans doute replacer le sujet. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lip69



Messages : 79
Date d'inscription : 20/03/2009

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Jeu 13 Aoû - 3:27

+Technophile+ a écrit:
le secret de l'immortalité en seulement 20 ou 30 ans ; mais bon, qui sait, peut être qu'un
scientifique ardu percera ce secret un jour...
Sauf qu'il existe dés aujourd'hui la cryogénisation, des société comme Alcor proposent malheureusement contre monnaie, de quoi attendre le bon moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samuel



Messages : 136
Date d'inscription : 20/03/2009
Age : 49
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Ven 14 Aoû - 15:40

Gattaca a écrit:
Citation :
Et cessons le mythe de "seul les riche pourront se payer les avancé technologique dans le future"

Je suis désolé de te décevoir mais c'est une réalité, l'exemple de l'automobile est plutôt intéressant :

des 4 freins basiques on est passé à l'option ABS que seule les voitures les plus élitistes proposaient puis quand cela s'est démocratiser ( conccurence oblige ) de l'ABS on passe à l'ESP, mais à chaque fois l'évolution ou plutôt exploitation d'une technologie nouvelle n'est jamais proposée immédiatement [...]

Justement ton exemple va exactement dans le sens souligné par *Technophile+, a savoir qu'une technologie d'abord exclusive devient par la suite plus accessible. Si les nouveautés sont uniquement disponibles sur des modèles haut de game c'est tout simplement parcequ'elles sont extrèmement couteuses et que leur prix serait impossible a intégrer dans un modèle d'entrée de game.

Plus généralement, je suis assez surpris des remarques sur le problème du modèle de société qui irait à l'encontre du Transhumanisme. De mon point de vue, même si je n'aime pas trop la société de consommation je ne peux que constater que c'est dans cette société que ce sont développées les technologies qui permettront un jour l'avènement du transhumanisme.

Enfin pour revenir sur le fil avant que Marc ne remette de l'ordre, j'ajouterai aux commentaires fort bien pensés que notre "philosophe" qui se plaint de la disparition de la mort fait certainement partie de ceux qui refusent également aux êtres humain le droit de mourir quand bon il leur semble. De mon point de vue le droit au suicide assisté (i.e. propre) est un droit qui devra aller de pair avec l'accès à une vie plus longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La mort est en danger de mort   Aujourd'hui à 11:33

Revenir en haut Aller en bas
 
La mort est en danger de mort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Peine de mort en Australie
» Passage au point mort avant l''arret
» Ferdinand LIPS est mort...et Brett kebble a été assassiné
» Vivre après la mort de l’euro. Les éditoriaux de Jacques Cheminade
» La mort des gros HYIP est maintenant inévitable.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Transhumanismes :: Discussions et débats :: Philosophies ; éthiques ; Politiques-
Sauter vers: